ARRAS, CHEMINS DE MEMOIRE

arras

La région d’Arras abrite de nombreux lieux de mémoire en hommage aux soldats, mais aussi aux hommes et femmes de toutes nations, tombés au champ d’honneur pour défendre la France durant la première guerre mondiale.

Une terre qui a vu tomber des milliers d’hommes

20 000 tombes auxquelles s’ajoutent les ossuaires des corps de 22 000 autres soldats, la Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette à Ablain-Saint-Nazaire est le plus grand cimetière militaire français.

Face à cette nécropole se trouve l’Anneau de la Mémoire, rond de 345 mètres, composé de 500 plaques d’acier hautes de trois mètres, un mémorial qui constitue une prouesse architecturale. Inauguré le 11 novembre 2014, il forme une immense ellipse gravée des 580 000 noms des soldats morts pendant la Grande Guerre, une longue liste par simple ordre alphabétique, sans distinction de nationalité, de grade ou de religion.

Non loin de là, à Neuville-Saint-Vaast, a été créée après-guerre, la Nécropole allemande de la Maison-Blanche, la plus vaste de France, où ont été regroupés les restes de près de 45 000 hommes morts aux champs de bataille. La commune abrite également le Monument des Fraternisations, symbole des trèves initiées par les soldats des divers camps, en plein hiver 1914. Chansons, partage de tabac et de nourriture, les soldats ennemis avaient décidé, un court instant, de vivre en paix et de fraterniser…

La Bataille d’Arras

En préparation de la bataille d’Arras qui doit faire diversion à l’offensive française prévue sur le Chemin des Dames, l’armée britannique organise un réseau souterrain dont une partie est visitable : la Carrière Wellington. Au cours du deuxième semestre 1916, la compagnie des Tunneliers néo-zélandais, constituée de 500 hommes, aménage les carrières pour la préparation de la Bataille d’Arras. Ils créent un réseau souterrain (de 20kms) qui débouche juste devant les lignes allemandes. Pour se repérer dans le dédale des souterrains, les tunneliers ont donné le nom de plusieurs grandes villes néo-zélandaises aux carrières réalisant ainsi une véritable carte mentale de leur pays.

Le 9 avril 1917, l’assaut est lancé. Au nord, les Canadiens réussissent à s’emparer de la crête de Vimy. Au sommet de cette crête se dresse l’un des plus beaux monuments commémoratifs de la Grande Guerre : le Mémorial Canadien. Le parc est parsemé de trous d’obus et de mines entre les conifères. L’imposant monument, composé de 2 tours blanches hautes de 27 mètres et bâties avec 6 000 tonnes de pierre, se dresse face à la plaine, comme pour mieux rendre hommage aux 66 000 soldats canadiens morts en France.

VIMY

Non loin, se trouvent également le Mémorial terre-neuvien de Monchy-le-Preux et le Parc mémorial australien de Bullecourt, autres sites témoins de cette offensive britannique à Arras.

Une reconstruction titanesque

Les bombardements de 1914 et 1915 ont détruit considérablement la ville d’Arras : l’ensemble architectural des deux places, le palais Saint-Vaast et la cathédrale, le beffroi, l’hôtel de ville et nombre d’hôtels particuliers remarquables. A la fin de la 1ère guerre mondiale, 5% seulement des maisons de la ville sont indemnes. La reconstruction des places et des monuments est considérée comme une priorité avec l’exigence que la reconstruction soit «à l’identique».
Vaste travail car il faut effectuer de colossales recherches pour respecter les plans d’orgine. Les travaux de reconstruction dureront de 1919 à 1934 tant l’état des bâtiments est catastrophique. C’est plus une reconstitution qu’une restauration !

Un site classé où il fait bon vivre

Arras a retrouvé sa splendeur et la ville forme aujourd’hui un écrin où il fait bon flâner, se poser pour prendre un verre à l‘abri des arcades ou encore goûter à la gastronomie locale. Arras, l’étonnante, vous fera passer du ciel aux profondeurs de la terre. 155 façades, 345 colonnes : les maisons des Places d’Arras sont classées aux Monuments Historiques. La vie y est paisible, rythmée par les jours de marché et les cloches du beffroi qui jouent chaque quart d’heure une ritournelle différente.

beffroi Arras infos

BEFFROI