EMMAUS : AGISSONS POUR QUE L’ŒUVRE PERDURE !

Pour la première fois en 70 ans, Emmaüs fait appel au grand public et à sa générosité pour ne pas laisser les plus fragiles retourner dans la rue et ce, dans un contexte de pandémie internationale.
C’est un appel d’urgence, à l’heure où les différentes communautés et structures d’Emmaüs continuent leur travail et leur mission d’assistance mais sans les ressources générées habituellement par ce travail quotidien.
Focus sur ce mouvement qui nous tient tous à cœur.

« Je ne peux rien te donner. Mais, toi qui n’as rien, au lieu de mourir, viens m’aider à aider » L’abbé Pierre

Henri Grouès, connu sous le nom de l’abbé Pierre, est à l’origine de ce mouvement qui rassemble aujourd’hui près de 18 000 personnes.
En 1949, l’abbé Pierre rencontre un homme qui vient de faire une tentative de suicide, et, devant son desespoir, il lui dit cette phrase fondatrice pour le Mouvement Emmaüs : « Je ne peux rien te donner. Mais, toi qui n’as rien, au lieu de mourir, viens m’aider à aider ».
La vie communautaire se met en place à Neuilly-Plaisance, autour de l’activité de chiffonnier. Durant le rude hiver 1954 dans un contexte de pénurie majeure de logements, l’abbé Pierre lance un célèbre appel « Mes amis, au secours… » sur Radio Luxembourg.

Le mouvement est animé de valeurs humanistes qui placent le projet social et la solidarité bien avant la logique économique. Il s’appuie sur 4 piliers :

La solidarité : le fruit de l’activité des personnes accueillies est consacré à leur propre prise en charge et à la solidarité.
L’accueil inconditionnel : toute personne en difficulté est accueillie dans le respect de sa liberté et de sa dignité, quels que soient son parcours, son origine ou sa situation administrative.
L’autonomie par l’activité : accueillir une personne en difficulté, c’est lui permettre de retrouver une place dans la société, avec un vrai rôle à jouer.
Le développement durable : collecte, réemploi et vente d’objets, lutte contre le « tout jetable » sont des missions quotidiennes.
Des valeurs qui prennent encore plus de sens en cette période inédite !

Des valeurs humanistes qui placent le projet social et la solidarité bien avant la logique économique

L’organisation d’Emmaüs France, association Loi 1901, fédère 288 groupes Emmaüs sur le territoire

119 communautés : Depuis 2010, elles bénéficient du statut OACAS (Organisme d’accueil communautaire et d’activités solidaires) qui reconnaît officiellement une qualité de travailleur solidaire aux « compagnes et compagnons » en leur garantissant l’accès aux droits à la santé et à la retraite. La communauté cotise pour eux à l’URSSAF à hauteur de 40 % du SMIC.  La communauté permet de se « refaire une santé », de retrouver les repères d’une vie sociale organisée. Elle procure la fierté de se sentir à nouveau utile, et donne un sens à la vie en se mettant au service des plus démunis, grâce aux nombreuses actions de solidarité réalisées.
42 comités d’amis : effectuant la même activité que les communautés, les comités d’amis sont portés par des équipes de bénévoles. Certains comités d’amis accueillent aujourd’hui des salariés en contrat d’insertion, mais également des personnes devant effectuer des travaux d’intérêt général (TIG). Les recettes dégagées sont consacrées à des actions de solidarité : aide aux familles, soutien aux associations locales, participation aux projets d’Emmaüs international.
17 structures action sociale et logement : l’action sociale et le logement sont deux activités historiques et primordiales pour le Mouvement Emmaüs : solutions en matière d’accueil, d’accompagnement social, d’hébergement et de logement pour les personnes les plus démunies.
58 SOS Familles Emmaüs : Composés de bénévoles, ils soutiennent les ménages en situation de précarité financière en les conseillant sur la gestion du budget familial et en leur apportant une aide financière remboursable, sans frais ni intérêt. Ils agissent en lien direct avec les services sociaux, qui orientent vers eux les personnes en situation de mal-endettement, et préviennent ainsi les risques de surendettement.
49 structures d’insertion : les chantiers d’insertion et les entreprises d’insertion. Ces structures mènent une action d’insertion sociale et professionnelle originale, en s’attachant à employer des personnes en très grande difficulté, les plus éloignées du monde du travail. Durant leur parcours au sein des structures d’insertion d’Emmaüs, on leur propose un accompagnement global et adapté, qui permet d’aborder un certain nombre de problématiques autres que le professionnel  (logement, santé, budget), et ainsi de favoriser l’intégration future dans des emplois durables.
Plaquette : En savoir plus sur le mouvement Emmaüs

L’organisation Emmaüs en France

Les structures sont actuellement non accessibles au grand public mais vous pouvez tout de même contribuer à la poursuite de leurs activités. Comment ?

Faire un don : lien pour faire un don
La plupart des « invisibles », à savoir les familles en grande précarité mais auss les Sans Domicile Fixe, sont, dans ce contexte de crise, extrêmement vulnérables. Emmaüs lance un appel d’urgence pour venir en aide à ces populations et les protéger du virus.
Réduction d’impôt de 66 % pour les particuliers et de 60% pour les entreprises

Un appel urgent au don

Acheter en ligne : https://www.label-emmaus.co/fr/
Emmaüs a lancé, en 2016, sa boutique en ligne. L’ambition de la boutique « label » est d’être un relais de croissance pour le réseau des  bric-à-brac et boutiques solidaires Emmaüs en France. Elle apporte de la visibilité aux communautés isolées, met en valeur certains objets et offre de nouveaux services aux acheteurs. Les achats effectués sur Label Emmaüs permettent de développer de nouvelles compétences, pour les compagnons et les personnes en insertion, sur le digital et, à terme, de créer des emplois sur les métiers du e-commerce pour des personnes en situation d’exclusion.

Le saviez-vous ?
Emmaüs est le nom d’un village en Palestine, où le Christ serait apparu, au lendemain de Pâques, à deux de ses disciples désespérés depuis sa crucifixion. Emmaüs symbolise donc l’espoir retrouvé, la « deuxième chance ». Ce nom a été choisi par l’Abbé Pierre, pour désigner la maison qu’il avait louée à Neuilly-Plaisance en 1946. Cette maison, transformée en auberge de jeunesse internationale, avait pour vocation de redonner espoir à la jeunesse d’après-guerre et de favoriser la réconciliation entre les peuples.