FAIRE LE TRI POUR ALLEGER SON ESPRIT

Depuis le début du confinement, vous vous êtes certainement déjà consacré(e) à pas mal de sujets, soulagé(e) de ne plus procrastiner sous prétexte de manque de temps. Sauf que l’on commence, et c’est humain, souvent par les tâches plus faciles et agréables (c’est excellent pour le moral bien entendu). Avec le retour des beaux jours, il est peut-être temps de faire du tri dans votre dressing et plus largement dans toutes les pièces de la maison.
Faire de la place, mettre de l’ordre sont des actions qui procurent un effet bénéfique sur notre esprit. Comment procéder ? Quel usage pour ce que vous ne souhaitez plus garder…
Place-to a fait le tri, pour vous, des trucs et astuces.

S’équiper au préalable
On fait rarement du tri « entre 2 tâches ». C’est une mission qui nécessite de s’y consacrer pleinement et de bien s’équiper. Des cartons, des sacs poubelles, un nécessaire de nettoyage, un bloc-notes, des étiquettes, un stylo : prévoyez votre équipement pour être efficace dès l’ouverture du placard ou de la pièce. Soyez également ouvert(e) d’esprit, en bonne forme physique (ranger et trier peuvent s’apparenter à un exercice physique intense) et en tenue adéquate (vous allez remuer un peu de poussière).

Des cartons, des étiquettes : un équipement adéquat s’impose

S’organiser
Plonger dans ses placards, ses cartons, ses souvenirs est un exercice plus ou moins stimulant et parfois générateur de perte de temps faute d’organisation. Relire des lettres, regarder un album photos, retrouver une vieille collection de timbres… tout cela est riche en émotion, en rires, en larmes… Et on perd vite du temps en besogne alors que le moment de s’y replonger n’est pas venu. Mettez de côté ce qui vous tient à coeur pour en profiter plus tard (on a dit 4 semaines de confinement en plus…).
Donc on reprend le sujet de l’organisation : il est opportun de répartir votre tri en plusieurs destinations.
Nous vous en proposons 6 :

  • Je garde et je classe
  • Je donne
  • Je vends
  • Je rénove, je customise, je transforme
  • Je reporte ma décision car j’ai besoin de réflexion
  • Je jette

Prendre la bonne décision ou celle la plus acceptable (si vous êtes sentimental(e) )
Pour vous aider à mettre chaque objet dans la “bonne pile”, réfléchissez à quelques questions ou affirmations :

  • Cet objet m’est utile ou le sera prochainement
  • Cet objet a une valeur sentimentale majeure (pour moi ou un membre de la famille)
  • Cet objet est réparable ou pas (et suis-je à même de le réparer ?)
  • Cet objet est co-partagé et la décision n’incombe pas qu’à moi
  • Depuis quand n’ai-je pas utilisé cet objet ?
  • Cet objet peut rendre service ou plaire à quelqu’un d’autre
  • N’ai-je pas déjà cet objet en plusieurs exemplaires ?

Bien entendu, on réalise ce tri pièce par pièce ou catégorie d’objets par catégorie et c’est, via cette méthode, que l’on se rend souvent compte que plusieurs objets répondent au même usage (avez-vous réellement l’utilité de plusieurs gonfleurs, de 2 services à thé, de 3 bonnets noirs…). Attention, si vous commencez plusieurs chantiers en même temps, vous risquez de crouler sous des tas d’objets et de vous démotiver pour tout laisser en plan ! Ce qui aura pour conséquence, non pas de vous alléger l’esprit, mais d’accroitre votre stress et votre culpabilité.

En ce qui concerne les vêtements et chaussures, prenez le temps de les essayer. Plus personne ne chausse du 32 au sein de votre foyer ? Alors à quoi bon garder cette paire de bottes de pluie ? (oui, votre petit dernier était bien mignon quand il les portait avec son ciré mais bon, il chausse désormais du 43 !). Idem pour cette jolie robe que vous avez achetée deux tailles en dessous de la vôtre dans l’espoir de la porter après votre énième cure minceur et dans laquelle vous n’entrez toujours pas ! Sans être fashionista, les modes passent… et l‘envie aussi. Sachez que nous ne portons que 32% des affaires qui sont dans notre dressing. La promesse du tri : gagner 68% de place ! Si ces affaires sont en bon état, libre à vous de les customiser pour les remettre au goût du jour, de les vendre ou de les donner. Autre motivation, quand j’achète un nouveau vêtement, je me débarrasse d’un ancien (plusieurs enseignes de prêt-à-porter proposent des bons d’achat en échange de votre ancienne garde-robe).

Et que penser du matériel de puériculture que nous gardons soigneusement dans notre garage en prévision de l’arrivée d’un futur bébé (pas forcément le nôtre d’ailleurs). Là aussi, les modes changent, de même que la règlementation. Ce « maxi-cosi » que vous avez tant baladé ne passera pas le prochain contrôle ! Il n’en est pas forcément de même pour des jouets, jeux de société, livres… A conserver soigneusement loin de la poussière et de l’humidité, donc dans des conditionnements appropriés mais pas pour autant à portée immédiate de votre main.

Tout cela est-il encore utile ?

Comment vendre ?
Si vous savez vous lever tôt, participez à une braderie, un vide-greniers, un vide-dressing. En tant que particulier, vous êtes limité(e) à 2 participations par an. Vous trouverez l’agenda des braderies sur des sites internet tels que http://www.sabradou.com/, https://calendrier-des-brocantes.com/brocante/nord-pas-de-calais-region/ ou https://brocabrac.fr/hauts-de-france/braderie/.

Pour les lève-tôt, rien de tel qu’une braderie !

Plus chronophages, vous devrez, pour les sites de vente en ligne dont le plus connu pour les vêtements est Vinted (Leboncoin,  ebay,  vestiairecollective,  videdressing), emballer et vous charger de l’envoi de l’article.
Peut-être trouverez-vous, près de votre domicile ou de votre lieu de travail, un dépôt-vente, spécialisé ou non (vêtements de marque, d’enfants, mobilier vintage…). Attention, les gérants de ces dépôts sont très attentifs à la qualité de ce que vous apportez et bons négociateurs !

Où donner ?
La plupart des associations caritatives récupèrent le « seconde main ». Secours Populaire, Secours Catholique, Emmaüs, le Relais, la Croix Rouge pour n’en citer que les principaux. Vous connaissez certainement, à proximité, une association locale qui aide les plus démunis ou qui reconditionne. Renseignez-vous auprès de votre mairie. Vêtements, meubles, jouets, puériculture… Mais cela peut aussi concerner des tenues professionnelles (costumes, cravates, tailleurs, chaussures) qui  aideront des candidats à s’insérer ou se réinsérer dans la vie professionnelle : http://lacravatesolidaire.org/la-cravate-solidaire-lille/#.

Les livres trouveront preneurs au sein de votre bibliothèque de quartier ou celle de l’école, notamment pour les grands classiques de la littérature (à moins qu’en ces temps de confinement, vous ne vous replongiez dans Balzac). Les jouets feront le bonheur des assistantes maternelles de votre commune, de votre immeuble. L’électroménager sera recyclé via des réseaux tels que Emmaüs ou Envie.

Pour vendre, comme pour donner, soyez attentif au bon état de ce que vous proposez et n’utilisez pas les associations caritatives comme « chiffonnier » par respect pour vous et les récipiendaires ! Tout ce qui est en mauvais état trouvera sa place à la déchetterie.

La frénésie du tri nous vient souvent suite à un événement qui se produit dans notre vie : changement de situation matrimoniale, professionnelle, perte d’un être cher, déménagement ou situation inédite…comme un confinement !
Par cet acte de tri et de rangement, nous mettons de l’ordre dans notre environnement avec un impact bénéfique pour notre esprit qui s’en trouve débarrassé lui aussi de choses qui l’encombraient.
Une façon de « ranger notre vie » et de nous remettre en marche sur de nouvelle bases, plus légers, mieux organisés.