MALADIE DE KAWASAKI : RECRUDESCENCE DANS UN CONTEXTE DE PANDEMIE MONDIALE

Maladie de Kawasaki

Royaume Uni, Belgique, Italie, USA, France, des enfants sont touchés par une maladie qui s’apparente à la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique. Même si rien ne permet d’affirmer qu’il existe un lien entre la recrudescence de cette maladie et la pandémie actuelle, certains enfants atteints ont cependant été testés positifs au Covid-19. La communauté scientifique est donc particulièrement vigilante sur le sujet !

Elle est la principale cause de maladie cardiaque chez les enfants des pays industrialisés d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord. Des cas sont observés dans le monde entier, mais c’est en Asie qu’elle est la plus fréquente et notamment au Japon.

Quels sont les symptômes ?

La maladie de Kawasaki, ou syndrome de Kawasaki, est une maladie inflammatoire systémique aiguë qui survient chez les enfants de moins de 10 ans et notamment chez les tout petits (85 % des patients sont âgés de moins de cinq ans).

La maladie se caractérise par une forte fièvre (40°C ou plus) pendant 5 jours d’affilée, associée à au moins 4 des 5 signes cliniques suivants :

  • éruption cutanée
  • gonflement anormal des ganglions du cou
  • irritation et rougeur des blancs des yeux
  • irritation/inflammation de la bouche, de la langue, des lèvres et de la gorge liée à l’altération de la muqueuse buccale
  • gonflement des mains et des pieds.

D’autres signes comme des douleurs abdominales et des troubles gastro-intestinaux doivent alerter.

Les causes de la maladie de Kawasaki sont encore méconnues et les chercheurs s’orientent vers une source infectieuse d’où la suspicion actuelle en lien avec la pandémie d’autant que les cas observés concernent des enfants plus âgés (entre 8 et 15 ans).

Existe-t-il un traitement ?

Oui le traitement consiste à administrer des immunoglobulines par voie intraveineuse et de l’aspirine pour prévenir l’inflammation de la paroi de l’artère coronaire.
Le danger de la maladie de Kawasaki est le développement d’anévrismes des artères coronaires qui, en se rompant, provoquent un infarctus du myocarde.

Vigilance et réactivité par conséquent si l’un de vos enfants présente ces signes. A l’heure où nous publions (30/04/20), seuls quelques cas sont recensés notamment en Ile de France et Hauts-de-France.