MONTREUIL-SUR-MER : SUR LES TRACES DE VICTOR HUGO

Montreuil-sur-Mer lieu de villégiature

Et si la contrainte de nous déplacer dans un rayon de 100 kilomètres était finalement l’opportunité de (re)découvrir près de chez nous des lieux de villégiature ?
Partir à 100 kms de Lille, c’est ce que nous avons envie de partager avec vous cette semaine et nous commencerons par Montreuil-sur-Mer, dont Victor Hugo a foulé les pavés.

Montreuil Village préféré des Français en 2016

Avec un peu plus de 2000 habitants, niché au cœur d’une région verdoyante, Montreuil est un lieu chargé d’histoire.
Cité médiévale, Montreuil doit son nom au 9ème siècle à un «petit monastère» : monasterolium mais ce n’est qu’au début du 10ème siècle que des moines y installent une abbaye en l’honneur de Saint Walloy.
Entourée de remparts dès le 9ème siècle, la ville de Montreuil est, un siècle plus tard le seul port de mer du Royaume de France car, oui, difficile à imaginer à notre époque, des bateaux remontaient la rivière de la Canche jusqu’à Montreuil il y a 1000 ans ! Cette activité, en lien avec le commerce des étoffes -Montreuil fut une riche cité drapière– se maintiendra jusqu’au 16ème siècle, époque de l’ensablement de la Canche.

Des trésors d’architecture

Du château édifié par Philippe II Auguste, Roi de France, au début du 13ème siècle, il ne reste qu’une porte fortifiée et plusieurs tours. Monument Historique depuis 1926, la citadelle abrite une partie des collections du Musée de France Roger Rodière et offre des panoramas spectaculaires sur la vallée de la Canche. Vous ne pouvez visiter Montreuil sans fouler ses remparts !
L’abbaye Saint Walloy devient, au début du 12ème siècle, l’abbaye Saint Saulve du nom du Saint dont on y amena les reliques. Evêque d’Amiens, Saint Saulve fit construire la 1ère cathédrale d’Amiens et parcourait son diocèse pour évangéliser la population. Il mourut en martyre à Beuvrages sous le règne de Charles Martel.

Au Moyen Âge, les pèlerins se rendent en nombre à Montreuil alors surnommée «la nécropole du Ponthieu», cité de sainteté. En 1467, une terrible catastrophe naturelle provoque l’effondrement d’au moins six édifices religieux, dont l’Hôtel-Dieu et l’église Saint-Saulve, qui bien que reconstruite au début du 16ème siècle, sera incendiée par les armées de Charles Quint lors de la prise de la ville en 1537. Le trésor d’art sacré est entièrement détruit en 1793. Après la Révolution, l’abbatiale accueille les reliques de Sainte-Austreberthe, puis d’autres reliques s’ajouteront à ce trésor au 19ème siècle, faisant de ce dernier l’un des plus riches trésor d’art sacré du Nord de la France. A admirer impérativement lors de votre visite de l’Abbatiale !

Neuville-sous-Montreuil, au lieu-dit «le Trou du Chêne», vous visiterez un petit cimetière au sein duquel reposent 25 soldats indiens de l’armée britannique, morts pendant la première guerre mondiale. La vue sur la Chartreuse de Neuville y est superbe. Fondée au 14ème siècle par le Comte de Boulogne, la Chartreuse de Neuville vaut le détour pour y flâner dans les jardins potagers du monastère qui permettaient autrefois aux moines de se nourrir.

Une immersion dans la nature

Nous avons tous envie de reprendre nos promenades en pleine nature. L’office de tourisme montreuillois propose des sentiers de randonnées, de 5 à 25 km, pour rayonner dans la campagne, au pied des remparts et dans les bucoliques marais de la Canche. Ne quittez pas la région de Montreuil-sur-mer sans parcourir le territoire de la Vallée de la Course. Manoirs, églises et fermes anciennes : le patrimoine de la Vallée de la Course est impressionnant sans oublier, bien entendu, la diversité des produits locaux.

Photo Christian Plard- Montreuil-sur-mer

Montreuil, source d’inspiration du roman “Les Misérables”

En 1837, Victor Hugo se promène sur les remparts de Montreuil-sur-mer et, dans une correspondance à sa femme Adèle, il écrit : «Montreuil-sur-mer serait mieux nommée Montreuil sur plaine ; des remparts, on a une vue admirable de coteaux et de prairies, car la ville est haut située».
Quelques années plus tard, lorsqu’il conçoit son roman «les Misérables», Victor Hugo fait de Montreuil la ville natale de Fantine, la ville dont Jean Valjean deviendra maire sous le nom de Monsieur Madeleine.

Au début des années 1990, Raymond Lavogez, membre de l’office de tourisme, a l’idée, pour développer le tourisme, de créer un ambitieux spectacle sur le thème des misérables, au sein de la citadelle de Montreuil. Avec ses collègues Jean-Claude Piques (Président de l’office) et Jacques Gobert (Vice-Président), il fait appel à des professionnels pour la mise en scène, la musique, les danses ainsi qu’à la population locale.
Des centaines de figurants-bénévoles endossent désormais chaque année les costumes de leurs ancêtres et des personnages du roman pour donner vie à un «son et lumières» exceptionnel avec une cavalerie, des effets pyrotechniques et des chorégraphies originales. C’est une aventure humaine extraordinaire qui accueille chaque année près de 10000 spectateurs. Au calendrier 2020, 8 représentations entre le 31 juillet et le 10 août sont intialement prévues. Reste à voir si le contexte actuel de pandémie permettra le maintien de la tenue de cet événement majeur… >>>>site spectacle Les Misérables

Montreuil, ville d’art

Montreuilloise depuis plus de 20 ans, Paola Boccanfuso a ouvert son atelier en 2009. Pétillante et créative, Paola nous parle avec passion de son art : le filage des perles de verre à la flamme.
«J’exerce un métier assez peu commun», confie Paola. Le filage de verre consiste à faire fondre des bâtons de verre coloré à l’aide d’un chalumeau spécifique pour verrier, et à modeler la matière à l’aide de différents outils. «Je chauffe le bâton de verre et je l’enroule autour d’une tige pour former la perle. Ce n’est pas un loisir créatif mais réellement un art. La perle naît dans la flamme et chauffe à environ 1000°C ! Il faut ensuite la refroidir pendant 3 à 4 heures à l’aide d’un minéral naturel, la vermiculite, puis d’un four qui va la refroidir par pallier. C’est à cette condition qu’on garantit une perle de verre de qualité et de longévité qui peut alors être utilisée pour façonner les bijoux.»
Lors d’une exposition d’artisans verriers, en 2007, Paola découvre cette technique. «Je fabrique des bijoux depuis l’enfance, mais je ne m’étais jamais questionnée sur l’origine des perles que j’utilisais. J’ai alors suivi, sur Paris, une formation pour m’initier aux techniques de base et aux règles de sécurité.»

Pour ses créations, Paola utilise principalement du verre de Murano (Italie), un verre tendre, lumineux, de grande qualité et qui dispose d’une large palette de couleurs.
Paola crée des bijoux et accessoires uniques : colliers, bracelets, boucles d’oreilles, bagues, broches, bijoux de sac, porte-clés… Vous trouverez, dans sa ravissante échoppe, de nombreuses idées de cadeaux pour toutes les occasions ! L’été, elle réalise des démonstrations à la demande. L’atelier-boutique de Paola est ouvert l’après-midi, toute l’année, du mercredi au samedi (46 rue du Général Potez – Montreuil-sur-Mer). Bonne nouvelle, l’atelier de Paola ouvre de nouveau dès le 12 mai et le confinement lui a permis de produire de nombreuses créations !
page facebook Paola

Voici une première idée pour un week-end qui allie histoire et nature, art et culture à quelques kilomètres de la métropole lilloise.
De nombreux hôtels seront ravis de vous héberger et pour vous restaurer, des producteurs locaux remplaceront, temporairement, les hauts lieux de gastronomie de ce territoire. Renseignez-vous auprès de l’office de tourisme >>>>>office tourisme